Travailler en Suisse et habiter en France… en voilà un bon plan ! Que vous soyez Français ou Suisse, le filon est exploitable. Votre statut sera alors celui de « frontalier » et vous aurez de fortes chances de faire des envieux. J’ai personnellement franchi le pas il y a 2 ans, en investissant dans un logement frontalier suisse puisque je travaille à Bâle. Suivez-moi sur le chemin d’un incomparable confort de vie ! Pourquoi ? Comment ? Explications.

Travailler en Suisse : de nombreux avantages

 

Un marché de l’emploi florissant

Argument de poids : le marché de l’emploi se porte plutôt bien ! Alors que la France peine à inverser sa courbe du chômage, la Suisse affiche l’un des taux de chômage les plus bas au monde : 3% en septembre 2017… Qui dit mieux ?
Viennent s’ajouter à ces opportunités de recrutement de réelles perspectives d’évolution au sein des entreprises suisses pour les frontaliers. Ces dernières, friandes de profils qualifiés (notamment dans les secteurs de la banque, l’informatique, la santé, le conseil…), embauchent d’ailleurs de nombreux travailleurs étrangers. A vos CV ! 
 

Des salaires intéressants

Autre point qui ne m’a pas laissé insensible : le niveau des salaires en Suisse ! Un salarié y gagnerait en moyenne l’équivalent d’un salaire de cadre français. Beaucoup profitent également de « petits compléments » en nature, du type voiture de fonction ou chauffeur.
 

Des accords bilatéraux entre la France et la Suisse qui facilitent la vie des frontaliers ! 

Cerise sur le gâteau : travailler en Suisse est d’autant plus simple lorsqu’on est étranger que des accords bilatéraux facilitent dorénavant la vie des frontaliers ! On peut donc rester dans son pays d’origine et traverser la frontière chaque matin pour aller travailler, sans formalité spécifique. La réciproque est d’ailleurs vraie : les Suisses peuvent tout à fait s’installer en France mais travailler dans leur pays d’origine…en conservant leur salaire ! Un bon plan qui permet d’avoir un logement proche de la frontière.
Outre cette liberté de circulation, les frontaliers suisses de nationalité étrangère profitent d’une absence de barrières légales pour se faire embaucher par une entreprise suisse… obtenant par ailleurs automatiquement leur permis de travail dès lors qu’ils signent un contrat ! 
 
 

Un logement frontalier : une idée rentable !

Travailler en Suisse est d’autant plus intéressant que l’on… n’y habite pas. Cette donnée est valable pour les Français qui traversent chaque jour la frontière, mais elle l’est tout autant pour les suisses qui décident d’investir en France pour leur résidence principale. C’est ainsi qu’à l’heure actuelle, plusieurs dizaines de milliers de personnes habitant le Haut-Rhin, le Doubs ou la Haute-Savoie se rendent chaque matin en Suisse. Trajet en sens inverse après le boulot, bien sûr ! 
 

L’immobilier bien plus accessible

Il se trouve en effet que le marché de l’immobilier en France est largement plus accessible que chez nos voisins helvètes. En Suisse, l’achat et même la location d’appartements ou de maisons sont carrément décourageants ! Les prix sont exorbitants un peu partout – allant de pair avec les salaires élevés – notamment du côté de Genève où un T3 dépasse régulièrement les 700 000 euros ! 
Il n’est donc pas étonnant qu’en Suisse, environ 40% de la population seulement soit propriétaire de son logement (l’un des plus faibles taux d’Europe !), contre presque 65% en France ! S’il est vrai que le nombre de terrains constructibles y est limité, que les prix…sont ce qu’ils sont… il faut aussi aller chercher des explications dans l’obligation de fournir un apport personnel de 20% de la valeur du bien lorsque l’on souhaite acheter ! 
 
De ce côté-là, nous sommes décidément largement mieux lotis en France. Offre immobilière plus étendue, conditions d’accès à la propriété moins draconiennes, prix plus accessibles. En France, certaines personnes peuvent ainsi s’offrir un Duplex-Jardin® comme logement frontalier suisse, alors qu’investir dans un studio dans la ville où elles travaillent serait impensable.

 

 

Habiter dans un logement frontalier de la Suisse : un coût de la vie bien inférieur

Habiter en France et travailler en Suisse, c’est faire d’une pierre deux coups ! Car en Suisse, il n’y a pas que l’immobilier qui est cher. C’est le coût de la vie en général qui y est bien plus élevé qu’en France ! Transport, alimentation, assurances, santé… tout y passe. Or, habiter dans un logement frontalier suisse, c’est aussi faire vos courses en France et donc diviser presque par deux le prix de vos achats. Rien que ça. 
 

Des avantages fiscaux

Il y a aussi les avantages fiscaux dont on profite parfois en tant que Français frontalier. Ceux qui travaillent dans le canton de Genève, par exemple, sont imposés en Suisse à un taux plus intéressant que s’ils l’étaient en France. L’impôt, qui tient compte du salaire et de la situation familiale, est alors prélevé à la source. Mais attention ! Certains frontaliers travaillant dans d’autres cantons (Valais, Vaud, Bâle, Neuchâtel…) payent, eux, leurs impôts en France. Si cela vous importe, veillez à vérifier avant d’accepter un poste…et investissez éventuellement dans un logement de l’autre côté de la frontière !
 
 

Où acheter un logement à la frontière suisse ?

Vous êtes convaincu(e) ? Reste à trouver ce fameux lieu d’habitation qui vous permettra de résider en France tout en profitant des salaires suisses. Certains promoteurs multiplient aujourd’hui les programmes proches de la frontière. C’est le cas de Carré de l’Habitat, dont les Duplex-Jardin® sont souvent situés au plus proche des principales villes suisses.
 
Vous travaillez du côté de Bâle ? Des duplex vous attendent dans le Haut-Rhin, dans des villages aussi bien situés que Uffheim, Liebenswiller, Muespach-le-Haut ou Hagenthal-le-Bas.
Un employeur près de Neuchâtel ? Installez-vous à Pontarlier, Villers-le-Lac, Frasne ou Charquemont…
Lausanne ou Genève ? Profitez de l’environnement exceptionnel qu’offrent par exemple La Balme de Sillingy, Veigy-Foncenex, Vétraz-Monthoux ou Gaillard, à deux pas de la frontière.
 
Damien
 
Pour découvrir tous les programmes proches de la frontière suisse, c'est par ici !
 

Ces articles peuvent peut-être vous plaire